Programme sur les incinérateurs de déchets médicaux à petite échelle pour les cliniques de soins de santé primaires en Afrique du Sud

TABLEAU DES MATIÈRES

  1. OBJECTIF DU PROGRAMME 4
  2. STRUCTURE DU PROGRAMME 4
  3. COLLABORATEURS IMPLIQUÉS DANS LE PROGRAMME 4
  4. PARTIES PRENANTES IMPLIQUÉES DANS LE PROGRAMME 4
  5. ESSAIS EN LABORATOIRE 5
  6. ESSAIS SUR LE TERRAIN 13

1. OBJECTIF DU PROGRAMME

L’objectif du programme est de sélectionner des critères techniques adaptés aux fins de la spécification des appels d’offres qui permettront au ministère sud-africain de la Santé d’obtenir les services et les équipements nécessaires aux cliniques de soins de santé primaires pour procéder à une incinération à petite échelle pour l’élimination des déchets médicaux. .

2. STRUCTURE DU PROGRAMME

Le programme de test est réalisé en phases, comme suit:

Phase 1 Une étude de cadrage pour décider de la responsabilité des différentes parties et

consensus sur les critères de test et les limites des tests de laboratoire. Les critères d’acceptation d’un incinérateur à l’essai ont été approuvés par toutes les parties concernées.

Essais de laboratoire de phase 2 avec un classement de chaque incinérateur et la sélection des incinérateurs à utiliser dans les essais sur le terrain.

Phase 3 Achèvement des essais sur le terrain, pour évaluer l’efficacité de chaque incinérateur dans des conditions de terrain.

Phase 4 Préparation d’un cahier des charges et recommandations au DoH pour la mise en œuvre d’un programme d’incinération en cours.

Ce document fournit un retour d’expérience sur les phases 2 et 3 des travaux.

3. COLLABORATEURS IMPLIQUÉS DANS LE PROGRAMME

SA Collaborative Center for Cold Chain Management SA Département national de la santé

CSIR

Société pharmaceutique de SA Organisation mondiale de la Santé UNICEF

4. PARTIES PRENANTES IMPLIQUÉES DANS LE PROGRAMME

Les parties prenantes suivantes ont participé au comité de pilotage:

  • Département de la santé (niveaux national et provincial) (DoH)
  • Département de la santé et de la sécurité au travail (niveaux national et provincial)
  • Département des affaires environnementales et du tourisme (niveaux national et provincial) (DEAT)
  • Département des affaires de l’eau et des forêts (niveaux national et provincial) (DWAF)
  • Département du travail (niveaux national et provincial) (DoL)
  • Groupe stratégique national de gestion des déchets
  • Association des gouvernements locaux de la SA (SALGA)
  • Organisation nationale civique de la SA (SANCO)
  • Syndicat national de l’éducation, de la santé et des travailleurs connexes (NEHAWU)
  • Organisation démocratique des infirmières de SA (DENOSA)
  • médecins sans frontières
  • Association SA des pharmaciens communautaires
  • Comité de santé communautaire de Mamelodi
  • Société pharmaceutique de SA
  • CSIR
  • UNICEF
  • QUI
  • Fédération SA des ingénieurs hospitaliers

Visiteurs internationaux:

  • Dr Luiz Diaz – OMS Genève et International Waste Management, États-Unis
  • M. Joost van den Noortgate – Médecins Sans Frontières, Belgique

5. ESSAIS EN LABORATOIRE

5.1. Objectif des essais en laboratoire

  • Classez les performances des unités soumises selon les critères suivants:

y Sécurité au travail

y Impact sur la santé publique des émissions

y L’efficacité de la destruction

y La convivialité pour le personnel disponible

  • Le panel d’experts pour le classement était composé d’un:

y Infirmière professionnelle; Mme Dorette Kotze du Département national de la santé de la SA

y spécialiste des émissions; Dr Dave Rogers du CSIR

y Ingénieur en combustion; M. Brian North du CSIR

5.2. Incinérateurs reçus pour évaluation

Nom utilisé dans le rapport Modèle no. La description Fabricant
Marketing C&S

incinérateur

Modèle SafeWaste Turbo

2000Vi

Un ventilateur à commande électrique fournit de l’air de combustion

– pas de carburant auxiliaire

C&S Marketing cc.
Incinérateur de gaz Molope Medcin 400 Médical

Incinérateur de déchets

Incinérateur à gaz Molope intégré

La gestion des déchets

Incinérateur Molope Auto Molope Auto Medical

Incinérateur de déchets

Incinérateur à combustion automatique – utilise du bois

ou du charbon comme combustible supplémentaire pour faciliter l’incinération

Molope intégré

La gestion des déchets

Nom utilisé dans le rapport Modèle no. La description Fabricant
PaHuOy

incinérateur

Cuisinière Turbo Unité d’auto-combustion,

sans carburant supplémentaire ni alimentation en air forcé

Pa-Hu Oy

5.3. Test d’émission: méthode de laboratoire

L’échantillonnage des émissions a suivi la méthode du tunnel de dilution de la méthode 5G de l’US-EPA pour les émissions des foyers. Des ajustements ont été apportés à la conception pour tenir compte des flammes s’étendant jusqu’à 0,5 m au-dessus de la pointe de l’incinérateur et de la chute de gros morceaux de cendres. Les émissions ont été extraites dans un conduit pour l’échantillonnage isocinétique des émissions de particules. L’agencement d’échantillonnage est illustré par un schéma sur la figure 1. Une photographie de l’opération sur l’unité d’incinération au gaz Molope est représentée sur la figure 2.

Tous les tests ont été effectués conformément aux procédures d’exploitation spécifiées. Les instructions fournies par le fournisseur de l’équipement ont été suivies dans le cas de l’Unité de commercialisation C&S. Aucun mode opératoire n’a été fourni avec les unités Molope Gas, Molope auto-combustion et PaHuOy. Ces procédures ont été établies par le personnel du CSIR sur la base de leur expérience antérieure et des informations fournies par le fournisseur.

Des installations d’essais ont été mises en place au CSIR et des mesures ont été effectuées sous un système ISO9001 utilisant des procédures d’essais standard EPA ou des modifications apportées au CSIR.

Figure 1. Schéma de principe de l’installation du laboratoire

Figure 2: Photographie de la hotte d’échantillonnage d’admission d’air au-dessus de l’incinérateur de gaz Molope

5.4. CLASSEMENT DES RÉSULTATS DES ESSAIS DE LABORATOIRE

En utilisant les critères énumérés à la section 4.1 ci-dessus, les incinérateurs ont été classés comme suit:

Au gaz Molope

unité

Au feu de bois Molope

unité

C&S électrique

unité

Au feu de bois paHuOy

unité

Sécurité 6,8 4,8 5.5 3,3
Santé 5.5 3,5 4.3 2,3
Destruction 9 2 6 1
Convivialité 2 3 3 5
Moyenne 5,8 3,3 4.7 2,9

5.5. RÉSULTATS D’ÉMISSION DES ESSAIS EN LABORATOIRE

Des mesures quantitatives ont été utilisées pour classer les unités en termes d’efficacité de destruction et de potentiel de produire des émissions dangereuses .

La conformité aux directives recommandées par le Département sud-africain des affaires environnementales et du tourisme (DEAT) sur les émissions des incinérateurs de déchets médicaux à grande échelle est résumée dans le tableau 1. Les mesures sont énumérées1 dans le tableau 2.

Tableau 1: Résumé des résultats qualitatifs

Paramètre mesuré Unités Molope

Au gaz

Molope

Au bois

C&S

Électrique

PaHuOy

Au bois

SA MORT

Des lignes directrices

Hauteur de la pile m × × × × 3 m au-dessus

bâtiment le plus proche

Vitesse du gaz Mme × × × × dix
Temps de séjour s × × × × 2
Combustion minimale

Température

ºC 4 × × × > 850
Combustion de gaz

Efficacité

% × × × × 99,99
Émissions de particules mg / Nm3 4 × 4 × 180
Cl comme HCl mg / Nm3 × 4 4 × <30
F comme HF mg / Nm3 4 4 4 4 <30
Métaux mg / Nm3 4 × × 4 <0,5 et

<0,05

1 Les concentrations d’émission sont déclarées conformément aux exigences de déclaration sud-africaines, c’est-à-dire normalisées à la température normale (0

oC) et la pression (101,3 kPa) et corrigée à une concentration nominale de

8% de CO2 sur une base de gaz sec. Si une mesure est tombée en dessous de la limite de détection de la méthode, elle est soit signalée comme limite de détection, soit comme ND, c’est-à-dire non détectable.

Tableau 2: Résultats quantitatifs détaillés

Paramètre Mesure d *

Unités

Gaz Molope

Molope auto

C&S

PaHuOy

S A Guide des processus 1

commentaires

Hauteur Stac k

m

1,8

1,8

1,9

0,3

3 m au-dessus du bâtiment le plus proche

Aucune de ces unités n’a de pile. La hauteur de l’évent d’évacuation est considérée comme la hauteur de la cheminée. S’il se trouve au-dessus de la zone de respiration de l’opérateur, il offre une certaine protection contre l’exposition à la fumée.

Vitesse de Ga

Mme

0,8

0,5

1.1

0,5

dix

Les vitesses de gaz varient à travers la cheminée pour le gaz Molope, l’autocombustion Molope et les unités PaHuOy.

Temps de séjour

s

0,4

0,7

0,6

0,4

2

Le temps de séjour est considéré comme le temps de combustion total et le maximum réalisable

Température de la zone de combustion minimale

oC

800 -900

400 – 650

600 – 800

500 – 700

> 850

On s’attend à ce que les températures d’auto-combustion des molopes soient plus élevées, car le centre de la zone de combustion ne devrait pas se trouver à l’emplacement de mesure.

CO 2 t la pointe stac k

% vol

2,64

3,75

4,9

3,25

8,0

Les concentrations d’émissions réelles sont inférieures aux valeurs indiquées ici, qui sont normalisées à 8% de CO2 et à la température et à la pression normales à des fins de rapport. Ils sont inférieurs de 4 à 8 fois.

Gaz

%

99,91-

98,8 -98,4

99,69-

98,9

99,99

Mesure la plus précise en

La combustion 99,70 99.03 le conduit où le mélange des gaz d’échappement
Efficacité gaz est complet. Résultats de deux

essais.

Émissions de particules entraînées dans les gaz d’échappement

mg / Nm3

102

197

130

338

180

Les émissions totales sont la somme des particules à la fois entraînées et non entraînées. Les émissions sont plus faibles que prévu pour ces unités et ceci est attribué à l’absence de ratissage qui est la principale source d’émissions de particules des incinérateurs sans contrôle des émissions.

système.

Retombées de particules

mg / Nm3

42

105

nd

nd

De gros morceaux de papier et de carton ont plu des émissions. Totalisant 0,8 à 2 g sur une période de +/- 2 minutes.

Suie en particules

%

42,2

58,1

48,7

84,8

Corrèle directement avec l’efficacité de la combustion du gaz

1 Les concentrations d’émission sont déclarées conformément aux exigences de déclaration sud-africaines, c’est-à-dire normalisées à la température normale (0

oC) et la pression (101,3 kPa) et corrigée à une concentration nominale de

8% de CO2 sur une base de gaz sec. Si une mesure est tombée en dessous de la limite de détection de la méthode, elle est soit signalée comme limite de détection, soit comme ND, c’est-à-dire non détectable.

Paramètre Mesure d *

Unités

Gaz Molope

Molope auto

C&S

PaHuOy

S A Guide des processus 1

commentaires

% de cendres résiduelles des déchets médicaux

%

14,8

12,9

15,6

21,7

Mesure de l’efficacité de destruction de l’incinérateur. Les unités commerciales typiques fonctionnent avec une réduction de masse de 85 à 90%. PaHuOy est plus faible en raison de la fonte et du plastique non brûlé.

C l comme HCl

mg / Nm3

46

13

25

35 et 542

<30

Les concentrations de chlorure de PaHuOy variaient considérablement. Ceci est attendu en raison de la variabilité de la composition de l’aliment.

F comme HF

mg / Nm3

<6

<1

<2

<1

<30

Fluorure introuvable dans ces déchets.

Arsenic (As)

mg / Nm3

<0,2

<0,2

<0,2

<0,2

0,5

L’arsenic n’est pas attendu sous forme de solide.

Plomb ( Pb)

mg / Nm3

<0,4

<0,4

<0,4

<0,4

0,5

Plomb non attendu dans les déchets

Cadmium ( Cd)

mg / Nm3

<0,2

<0,2

<0,2

<0,2

0,05

La sensibilité de la méthode aux rayons X est adéquate pour le classement. Sensibilité plus élevée non recherchée pour cet essai.

Chrome (Cr)

mg / Nm3

<0,1

0,7

0,7

<0,1.

0,5

Le chrome par rapport au fer varie entre 12 et 25%, ce qui est cohérent avec les aiguilles en acier inoxydable

Manganèse ( Mn)

mg / Nm3

<0,1

0,3

0,3

<0,1

0,5

Le manganèse peut être un composant de l’aiguille en acier inoxydable.

Nickel (Ni)

mg / Nm3

<0,1

0,3

<0,1

<0,1

0,5

Le nickel peut être un composant de l’aiguille.

Antimoine (Sb)

mg / Nm3

<0,2

<0,2

<0,2

<0,2

0,5

Pas prévu dans ces déchets.

Baryum (Ba)

mg / Nm3

<0,5

<0,5

<0,5

<0,5

0,5

Diminution de la sensibilité due à la présence dans le matériau filtrant

Argent (Ag)

mg / Nm3

<0,2

<0,2

<0,2

<0,2

0,5

Pas prévu dans ces déchets.

Cobalt (Co)

mg / Nm3

<0,1

<0,1

<0,1

<0,1

0,5

Le cobalt peut être présent dans l’acier inoxydable.

Cuivre (Cu)

mg / Nm3

<0,5

<0,5

<0,5

<0,5

0,5

Diminution de la sensibilité due au cuivre dans les blancs d’échantillons. Peut être une expérience dans l’équipement analytique.

Étain (Sn)

mg / Nm3

<0,2

<0,2

<0,2

<0,2

0,5

Étain non attendu dans ces déchets.

Vanadium (V)

mg / Nm3

<0,1

<0,1

0,4

<0,1

0,5

Le vanadium peut être présent dans l’acier inoxydable.

Thallium (Tl)

mg / Nm3

<0,4

<0,4

<0,4

<0,4

0,05

Pas prévu dans ces déchets. La sensibilité de la méthode aux rayons X est adéquate pour le classement. Sensibilité plus élevée non recherchée pour cet essai.

5.6. PRINCIPALES CONCLUSIONS DES ESSAIS DE LABORATOIRE

Les principales conclusions tirées des essais sont les suivantes:

::: Les quatre unités peuvent être utilisées pour rendre les déchets médicaux non infectieux et pour détruire les seringues ou rendre les aiguilles impropres à la réutilisation.

::: Le plus grand danger potentiel pour la santé provient des émissions de fumée et de suie. (le rendement de combustion de toutes les unités se situe en dehors du

normes réglementaires). Le risque pour la santé peut être réduit en formant les opérateurs à éviter la fumée ou en installant une cheminée sur le site.

::: Les émissions des petits incinérateurs devraient être inférieures à celles d’un feu de bois, mais supérieures à celles d’une brique réfractaire classique-

incinérateur à chambres multiples doublé.

::: Une combustion incomplète et la formation importante de fumée à basse hauteur ont rendu l’unité PaHuOy inacceptable pour les essais sur le terrain. figure 3

ci-dessous montre cette unité pendant une gravure d’essai. Du plastique fondu a coulé hors de

l’incinérateur, a bloqué les évents d’alimentation en air de combustion primaire et a brûlé à l’extérieur de l’unité.

Figure 3: Photo de l’incinérateur PaHuOy pendant le brûlage d’essai

5.7. COMPARAISON DES ESSAIS SUR LE TERRAIN AVEC LES ESSAIS DE LABORATOIRE

Le CSIR a réalisé un essai quantitatif sur le terrain pour l’efficacité de la combustion du gaz, les profils de température et le taux de destruction massive sur l’unité au bois Molope Auto à la clinique Mogale.

Les résultats de cet essai sont comparés aux résultats des essais en laboratoire ci-dessous:

  • Chargement des déchets: des gants en caoutchouc jetables ont été observés en plus des aiguilles, des seringues, des flacons en verre, des bandages, des pansements et du papier w
  • Températures et efficacité de combustion: Les mêmes performances en matière d’efficacité de combustion du gaz ont été obtenues pour le bois.

Les températures étaient plus élevées mais pour une durée plus courte et c’était

corrélé avec le type de bois disponible à la clinique. Le carburant a brûlé avant que les déchets médicaux ne soient complètement détruits, ce qui a entraîné des températures plus basses, une efficacité de combustion plus faible et des émissions plus élevées lors de la combustion des déchets.

  • Émissions: De grandes quantités de fumée noire ont été observées et cela était directement corrélé au refroidissement de l’unité lorsque le bois de chauffage était épuisé.

avant l’inflammation complète des déchets.

  • Efficacité de destruction: l’efficacité de destruction était similaire à celle du mesurem de laboratoire
  • Facilité d’utilisation: L’unité est difficile à contrôler en raison de la variabilité de la qualité du bois
  • Acceptabilité: la fumée n’était pas acceptable pour la clinique, la communauté ou le local

Il a été conclu que:

  • La performance avec le carburant seul indique que les données d’essais en laboratoire peuvent être utilisées pour prédire les émissions dans le
  • L’unité Molope Auto est trop difficile à contrôler pour le personnel disponible et le carburant

5.8. RECOMMANDATIONS DES ESSAIS DE LABORATOIRE

Les recommandations suivantes sont formulées à la suite des essais en laboratoire:

::: Un manuel d’utilisation complet doit être fourni avec chaque appareil.

Une formation adéquate au fonctionnement des unités doit être dispensée, en particulier sur les questions de sécurité.

::: Il est recommandé que la hauteur de l’évent d’évacuation de toutes les unités soit

adressé. Afin de faciliter la dispersion des émissions et de réduire le risque d’exposition des opérateurs.

::: Les fournisseurs des incinérateurs doivent fournir des instructions pour la manipulation et l’élimination des cendres en toute sécurité.

5.9. RECOMMANDATIONS DU COMITÉ DE PILOTAGE

Une fois les essais en laboratoire terminés, le comité de pilotage du projet a recommandé que les unités de commercialisation Molope Gas et C&S soient soumises à des essais sur le terrain. Le Molope Auto a été recommandé pour les essais sur le terrain à la condition que le fabricant modifie la grille à cendres afin d’éviter le déversement d’aiguilles et de seringues partiellement brûlées.

6. ESSAIS SUR LE TERRAIN

6.1. OBJECTIF DES ESSAIS SUR LE TERRAIN

L’objectif des essais sur le terrain était d’obtenir des informations sur le terrain et d’évaluer les forces et les faiblesses de chacun des incinérateurs lors de l’utilisation dans les cliniques de soins de santé primaires.

Un processus décisionnel participatif a été utilisé pour les essais. Il reposait sur une évaluation technique d’experts par le CSIR et le Département national de la santé ainsi que sur la participation aux essais d’utilisateurs finaux expérimentés et de conseillers participants. Toutes les décisions ont été prises par le comité directeur, qui était composé de représentants des parties prenantes du processus d’élimination des déchets cliniques et médicaux. Il s’agissait de représentants des départements nationaux, provinciaux et locaux de la santé, de la sécurité et de l’environnement, ainsi que d’associations professionnelles, de syndicats, d’ONG, de l’UNICEF, de l’OMS et de représentants des communautés locales.

6.2. SÉLECTION CLINIQUE

Les provinces dans lesquelles les essais ont été effectués ont sélectionné des cliniques pour les essais sur le terrain. Les critères fixés par le comité directeur pour la sélection des cliniques étaient les suivants:

  • L’emplacement doit être rural ou mal desservi avec

y Pas d’élimination des déchets médicaux

y Aucune incinération existante

y Pas de transport

  • Il doit être dans une zone de population à forte densité
  • Des conditions environnementales acceptables doivent prévaloir
  • L’acceptation de la communauté doit être obtenue
  • Le niveau de compétence de l’opérateur à utiliser doit être à un niveau d’analphabétisme

Les cliniques sélectionnées étaient les suivantes:

  • Clinique Steinkopf – Province du Cap Nord – Incinérateur de gaz
  • Marydale Clinic – Northern Cape Province – Incinérateur de gaz
  • Clinique Mogale – Province du Gauteng – Auto combustion

incinérateur, au bois.

  • Clinique Chwezi – Province du KwaZulu-Natal – Incinérateur de gaz
  • Clinique Ethembeni – Province du KwaZulu-Natal – Auto-combustion électrique

incinérateur

MA P DE L’AFRIQUE DU SUD INDIQUANT O LES CLINIQUES SONT SITUÉES

PROVINCE DU NORD

PROVINCE DE GAUTENG

PROVINCE DU NORD-OUEST

PROVINCE DE MPUMALANGA

PROVINCE D’ÉTAT LIBRE

PROVINCE DU CAP DU NORD

PROVINCE DE KWAZULU-NATAL

I: / UnitPublic / Valerie / Technet 99 / Documents de travail / Session 3 / rogers.doc

PROVINCE DE L’EST DU CAP

PROVINCE DU CAP OUEST

6.3. COORDINATION DES ESSAIS

Les critères de classement des incinérateurs en fonction des performances sur le terrain étaient:

  • Sécurité (santé au travail et publique)
  • Capacité de destruction
  • Convivialité
  • Acceptabilité communautaire

Le Département national sud-africain de la santé a coordonné les essais sur le terrain.

Des informations concernant les essais sur le terrain ainsi que des questionnaires ont été fournis aux coordinateurs des provinces participantes.

L’équipe sur le terrain était composée de l’exploitant, du superviseur et de l’inspecteur (coordonnateur). Le fabricant des incinérateurs a assuré la formation des opérateurs.

Les questionnaires utilisés lors des essais ont été établis de manière à obtenir des informations sur les critères fixés pour le classement des incinérateurs en fonction des performances sur le terrain. Les questionnaires ont été reçus des cliniques à intervalles de deux semaines.

Les questions relatives aux critères étaient les suivantes:

A. SÉCURITÉ (santé au travail et santé publique)

  • Émission de fumée

y Volume et épaisseur

y Couleur

y Odeur

  • Teneur en cendres
  • Les boîtes à objets tranchants remplies et les pansements souillés sont-ils stockés dans un endroit verrouillé en attendant d’être incinérés?

CAPACITÉ DE DESTRUCTION

  • Taux de destruction

y Terminé

y Partiel

y Minimal

y Contenu résiduel

C. UTILISATION (pour le personnel disponible)

  • L’incinérateur peut-il être utilisé facilement?
  • Le processus d’incinération est-il sûr?
  • La formation a-t-elle réussi?
  • Des vêtements de protection tels que des gants, des lunettes, des masques anti-poussière et des bottes de sécurité sont-ils disponibles?

D. ACCEPTABILITÉ COMMUNAUTAIRE

  • Quelle est l’opinion des personnes suivantes sur l’utilisation de l’incinérateur?

y Opérateur

y Infirmière

y Chef de clinique

y Représentant des autorités locales

y Chef de communauté

Au cours des essais, les cliniques ont été visitées et les incinérateurs évalués par des membres du Comité directeur et du CSIR ainsi que par le Dr L. Diaz de l’OMS, M. M Lainejoki de l’UNICEF et le coordonnateur du Département national de la santé.

6.4. RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE

6.4.1. CLINIQUE MOGALE

Type d’incinérateur à la clinique: Molope Auto-Combustion (Cuit au bois)

Figures 4 et 5: Incinérateur à bois Molope Auto pendant les essais sur le terrain à la clinique de Mogale

A. SÉCURITÉ (santé au travail et santé publique)

  1. Le processus d’incinération avec cette unité a été considéré par l’exploitant, le superviseur et l’inspecteur comme dangereux car il n’y a pas de cage de protection autour du Pendant le processus, l’incinérateur devient très chaud et cela pourrait entraîner des blessures pour l’opérateur.
  1. L’émission de fumée de cet incinérateur avait un volume et une épaisseur qui étaient lourds et noirs, avec une odeur désagréable distincte, et a été considérée comme pouvant causer un problème de pollution.

CAPACITÉ DE DESTRUCTION

  1. Les aiguilles et les flacons n’ont pas été complètement détruits mais ont été rendus impropres à la réutilisation.
  1. Les déchets médicaux mous ont été complètement détruits

C. UTILISATION

La difficulté à contrôler la température de fonctionnement et à éviter les émissions de fumée a rendu cet utilisateur d’incinérateur peu convivial.

D. ACCEPTABILITÉ COMMUNAUTAIRE

En raison de la forte émission de fumée noire, l’unité n’était pas acceptable pour la communauté.

6.4.2. CLINIQUE ETHEMBENI:

Figure 6: Incinérateur électrique à combustion automatique de C&S Marketing à la clinique Ethembeni

Type d’incinérateur: Auto-combustion C&S (utilise un ventilateur à commande électrique)

A. SÉCURITÉ (santé au travail et santé publique)

  1. L’exploitant, le superviseur et l’inspecteur ont estimé que cet incinérateur était facile à utiliser sans danger pour l’enlèvement des cendres du tambour pour leur élimination dans une fosse est cependant considéré comme difficile, car le tambour est lourd. Le retrait du couvercle de l’incinérateur avant qu’il n’ait été laissé refroidir a été identifié comme un danger potentiel pour l’opérateur.
  1. L’émission de fumée de cet incinérateur n’a pas été considérée ex. Le volume et l’épaisseur ont été évalués comme modérés sans pollution.

CAPACITÉ DE DESTRUCTION

  1. Les aiguilles et les flacons n’ont pas été complètement détruits mais ont été rendus impropres à la réutilisation.
  2. Les déchets médicaux mous ont été complètement détruits

C. UTILISATION

Considéré comme convivial par l’opérateur, le superviseur et l’inspecteur.

D. ACCEPTABILITÉ COMMUNAUTAIRE

L’incinérateur a été accepté par la communauté et n’a pas été considéré comme nocif.

6.4.3. CLINIQUE CHWEZI, CLINIQUE MARYDALE ET CLINIQUE STEINKOPF:

Type d’incinérateur: Incinérateur à gaz Molope

Figure 7: Incinérateur Molope Gas pendant les essais sur le terrain à la clinique de Marydale

A. SÉCURITÉ (santé au travail et santé publique)

  1. L’exploitant, le superviseur et l’inspecteur ont estimé que cet incinérateur était facile à utiliser avec un danger minimal pour le
  2. Les émissions de fumée n’étaient pas excessives et ont été signalées comme étant minimales

CAPACITÉ DE DESTRUCTION

  1. Les objets tranchants n’ont pas été complètement détruits mais ont été rendus impropres à la réutilisation.
  1. Les déchets médicaux mous détruisent complètement

C. UTILISATION

Cet incinérateur était considéré comme convivial.

D. ACCEPTABILITÉ COMMUNAUTAIRE

L’incinérateur a été accepté par la communauté et n’a pas été considéré comme nocif.

6.5. CLASSEMENT

INCINÉRATEUR CLASSEMENT
Gaz Molope 1
Auto-combustion C&S (utilise un ventilateur électrique)

2

Auto-combustion Molope (déclenché avec

bois, charbon également une option)

3

6.6. RÉSULTAT DES ESSAIS SUR LE TERRAIN

Incinérateur Sécurité Capacité de destruction Convivialité Acceptabilité de la communauté
Gaz Molope Bien Bien Bien Bien
Auto-combustion C&S

(Utilise l’électricité)

Bien

Bien

Bien

Bien

Molope Auto-

Incinérateur à combustion

Inacceptable Bien Inacceptable Inacceptable
Arabic Arabic English English French French German German Italian Italian Portuguese Portuguese Russian Russian Spanish Spanish
Open chat