Un nouvel incinérateur Metro coûterait 1,3 milliard de dollars de plus que prévu: étude

Metro Vancouver prend plus de chaleur sur son plan de construction d’un deuxième incinérateur d’ordures, avec une nouvelle étude commandée par la société de déchets Belkorp Environmental Services suggérant que le déménagement pourrait coûter jusqu’à 1,3 milliard de dollars de plus que prévu initialement.

L’analyse, menée par ICF International au nom de Belkorp, intervient alors que la région métropolitaine de Vancouver tente de faire face au rejet par la province de son projet de règlement 280, qui faisait partie intégrante de son plan de gestion des déchets solides, car il aurait garanti que les déchets générés dans Metro étaient conservés dans la région.

Belkorp, qui gère le dépotoir de Cache Creek, a participé à une campagne de lobbying très médiatisée contre le règlement 280 ainsi que les plans de Metro Vancouver de brûler les déchets de la région plutôt que de les mettre en décharge. Metro devrait fermer la décharge de Cache Creek en 2016.

«Nous nous battons toujours pour des options meilleures que l’incinérateur», a déclaré Russ Black, vice-président du développement de l’entreprise chez Belkorp. «Indépendamment du règlement 280, nous voulions toujours montrer les coûts réels de l’incinérateur.»

Le rapport, rédigé par l’auteur principal d’ICF, Seth Hulkower, suggère que Metro Vancouver a considérablement surestimé les revenus qu’elle gagnerait en vendant l’électricité du nouvel incinérateur à BC Hydro sur une période de 35 ans.

Metro avait suggéré qu’elle chercherait à négocier un prix de 100 $ le kilowattheure auprès de BC Hydro, mais Hulkower a noté que le plan d’affaires de valorisation énergétique des déchets ne tient pas compte du fait que BC Hydro peut ajuster le prix qu’elle paie pour l’électricité après la récupération de Metro. il dépense en capital sur le projet.

Le président de la région métropolitaine de Vancouver, Greg Moore, a déclaré qu’il n’était pas surpris des conclusions de l’étude, affirmant que c’était un point qui était longtemps défendu par Belkorp.

Mais il a déclaré que l’analyse était prématurée étant donné que Metro compte au moins 10 promoteurs proposant différentes formes de valorisation énergétique des déchets, y compris le chauffage urbain et la gazéification, et qu’il existe plusieurs scénarios potentiels.

«Ils ne savent rien de ce que nous faisons dans notre processus (de demande de propositions)… tous ne sont pas basés sur la vente à Hydro», a déclaré Moore.

Il a ajouté que Metro a de l’expérience dans la gestion d’une usine de valorisation énergétique des déchets, ce faisant à Burnaby depuis 1988, tandis que Belkorp est intéressée par la mise en place d’installations de récupération multi-matières et par la poursuite de l’exploitation de la décharge.

«Ils sont implacables dans la poursuite de leur programme de continuer à envoyer les déchets à leur décharge», a déclaré Moore. «Tant que cette décision ne sera pas prise, je ne pense pas qu’ils s’arrêteront.»

Belkorp a déjà un site de Coquitlam où il propose de construire une installation pour prendre un «dernier passage» aux déchets pour éliminer les matières recyclables telles que les matières organiques, le papier, les plastiques et les métaux, une décision qui finirait par priver la région de suffisamment de matériaux pour alimenter un autre déchet -installation à énergie.

Black a reconnu que les installations de récupération multi-matériaux sont directement en concurrence avec les incinérateurs, mais disent qu’elles ont du sens. «Quand vous regardez la gamme des coûts, il y a de sérieuses questions qui doivent être abordées», a-t-il dit.

par: http://www.vancouversun.com/technology/Metro+incinerator+would+cost+billion+more+than+planned+study/10329525/story.html

Arabic Arabic English English French French German German Italian Italian Portuguese Portuguese Russian Russian Spanish Spanish
Open chat